Namibiastrasse

Namibiastraße

Depuis 1990 il existe dans le « quartier africain » de Nippes une Namibiastrasse, auparavant Carl-Peters-Strasse. Continuer à lire…

In-Haus Radio · « Afrika-Viertel » Einführung – Koloniales Erbe in Köln

Depuis 1990, il existe une Namibiastrasse dans le « quartier africain » à Nippes. Le changement de nom de la rue, qui s’appelait auparavant Carl-Peters-Strasse, a eu lieu au moment de l’indépendance de la Namibie. La Namibie a été la dernière des anciennes colonies du continent africain à obtenir la souveraineté d’État, mettant fin – après une longue et sanglante lutte pour la libération – à plus de cent ans de domination étrangère. De 1884 à 1914, la Namibie était appelée Sud-Ouest africain allemand et était une colonie de l’Empire sous Guillaume. Après la Première Guerre mondiale, le Sud-Ouest africain est passé sous le régime du mandat de l’Afrique du Sud, c’est-à-dire le régime de la minorité blanche à Pretoria.

Le Sud-Ouest africain allemand était la seule colonie de l’Empire allemand, où vivaient plus de la moitié des Allemands coloniaux. Les colons allemands se sont installés principalement sur les hauts plateaux du centre, ce qui a eu pour conséquence de déplacer la population indigène des meilleures zones de pâturage.

Après les conflits précédents, qui ont tourné à plusieurs reprises à la violence, le soulèvement héréro-nama, comme l’appellent les Allemands, a éclaté en janvier 1904. Cette guerre coloniale dura jusqu’au début de 1908 et ébranla définitivement la colonie. Au début, les Héréros, sous la direction de leur chef suprême Samuel Maharero, se sont élevés contre la domination coloniale allemande. Les causes de la guerre étaient considérées comme l’aggravation des tensions sociales avec l’immigration toujours plus importante des colons blancs, le viol des femmes héréros, une juridiction coloniale basée sur la couleur de la peau, le système de commerce et de crédit, les pertes de terres et l’établissement des premières réserves vers lesquelles les Africains devaient être déportés. En tant que nouveau commandant en chef de la Schutztruppe, le lieutenant général Lothar von Trotha, envoyé par l’empereur Guillaume II, mène une campagne sans merci contre les Héréros. L’ordre d’extermination de von Trotha a entraîné le premier génocide du XXe siècle.

À partir d’octobre 1904, les Namas se sont également soulevés dans le sud du pays sous la direction d’Hendrik Witbooi et, après sa mort, sous celle de Jakob Marengo et d’autres dirigeants. La partie allemande a répondu à des années de guérilla des Namas par une politique de « terre brûlée ». Finalement, cette résistance a également succombé à la puissance écrasante de l’armée coloniale allemande. Les Namas survivants, comme les Héréros survivants avant eux, ont été internés dans des camps de concentration.

Les différents gouvernements allemands ont longtemps refusé de reconnaître le génocide en tant que tel. Toutefois, des excuses officielles sont toujours attendues et les réparations ont été refusées jusqu’à présent.

By Marianne Bechhaus-Gerst

Marianne Bechhaus-Gerst est spécialiste des études africaines, de l'histoire et de la culture. Depuis de nombreuses années, elle s'intéresse au passé colonial allemand, en particulier à celui de Cologne et à l'histoire des personnes d'origine africaine en Allemagne, ainsi qu'à l'histoire des rencontres entre l'Afrique et l'Allemagne. Elle est à l'origine de Köln Postkolonial et a élaboré, avec les étudiants, une exposition sur le thème de Cologne et du colonialisme au musée municipal de Cologne.